Hay noches en las que llueve demasiado.

Luego días en el sol quema.

Y luego el aire respirado.

Entonces, por la mañana, cuando abro mis cortinas, siempre se me aloca tantito el corazón.

¿Seguirá allí mi jardín? ¿Vivo?

Hoy por la mañana, dos flores venidas de otro lado me sonrieron.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s