Il y a des nuits où il pleut trop.

Puis des jours où le soleil brûle.

Puis l’air respiré.

Alors, le matin, quand j’ouvre mes rideaux, j’ai toujours un peu le cœur battant.

Mon jardin sera-t-il encore là ? Vivant ?

Ce matin, deux fleurs venues d’ailleurs m’ont souri.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour

  1. Cécile-Natacha dit :

    J’aime beaucoup ! Je guette aussi mes boutons de fleurs avec impatience et quand elles éclosent, c’est un vrai bonheur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s