Ferme les yeux

Ferme les yeux

 

Assieds-toi

Voilà

Les mains ouvertes sur les genoux

Respire

Devant toi, le château de cartes que tu aimes

Celui qui tient par magie, aux cartes dépareillées, écornées d’avoir tant servi

 

Ferme les yeux

Souviens-toi

Respire

 

Le bruit léger qu’il fait en tombant

Garde les yeux fermés

Ne regarde pas

 

Les sons étouffés

Mouvement au ralenti

Douceur

 

Imagine son envol

Il ne tombe pas

Il voyage, voyage…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s