Comment on recherche une personne disparue

 

IMG_6961

 

Comment on recherche une personne disparue

Tu sais comment rechercher une personne disparue, ici, au Mexique? Quand c’est toi qui cherches, quand tu as vu que les autorités ne le font pas ?

Tu commences par le dernier endroit où elle a été vue, parce qu’il faut bien commencer quelque part. Tu regardes, tu demandes, tu pleures.

Puis tu entends dire par d’autres, qui cherchent aussi, que ce qu’il faut chercher ce sont des fosses clandestines.

Tu vas vers les collines les plus proches, parce qu’il faut bien commencer quelque part, encore.

Et tu apprends.

Tu portes souvent les mêmes chaussures, des chaussures qui deviennent tes amies, le même sac, un peu comme si tu portais un talisman, c’est le sac que tu avais la dernière fois que vous avez mangé ensemble, ou la bague, oui la bague qui lui plaisait, ou autre chose, tout ce qui peut te faire sentir plus proche de ta personne. Tu as de l’eau. Un chapeau.

Et un bâton, genre canne, long, robuste. C’est pour t’aider à chercher, pas pour t’aider à marcher.

Pourquoi ?

Parce que pendant que tu marches, tu observes la terre. Tu cherches de la terre qui ait l’air d’avoir été retournée, soit parce qu’il y en a un petit tas, soit parce que la couleur est différente, la texture aussi. Parce qu’il y pousse des herbes différentes de celles du tas d’à côté. Parce qu’on voit que telle ou telle pierre a été changée de place.

Tu apprends très vite.

Une fois que tu es sur un de ces sites, tu utilises ton bâton. Tu l’enfonces dans cette terre différente. Parfois il s’enfonce très vite, d’autres fois tu utilises quelque chose, une petite pierre qu’on ne confonde pas après avec celles qui t’ont fourni la piste et tu cognes un peu pour que ton bâton s’enfonce plus loin. Tu calcules un mètre, grosso modo.

Et tu le ressors. Tu le sens. Les corps en décomposition sentent la non-terre, la non-herbe, la non-vie.

S’il sent à ce que tu imagines, il faut creuser. Parfois il ne s’agit que d’une charogne. D’autres fois, ce sont des corps, enterrés par des charognes.

Si le bâton ne sent rien de spécial, tu te fies à la façon qu’il a eue de s’enfoncer. Parce que, au bout de deux ans, les corps en décomposition ne sentent plus si fort. Si c’était facile, ou s’il y avait une certaine résistance, quel genre de résistance aussi, terre usée ou os traversé.

Tu apprends très vite.

Et voilà, tu passes de colline en colline, de grotte en grotte, écartant les herbes, buvant ton eau, regardant tes chaussures et pleurant un peu moins chaque jour. Tu te fous de plus en plus en rogne.

Parce qu’il y a des corps partout, on dirait le nouveau Texas des puits à pétrole sauf que c’est que des cadavres, des os, des habits déchirés et des sacs pourris. Y aucun n’est tien, ta personne n’est nulle part.

Le soir tu rentres, chez toi si tu as de la chance. Tu ne réponds à aucune question, tu ne peux pas. Tu ne regardes personne dans les yeux, tu ne peux pas.

Et là tu entends ou on te dit ou tu lis les nouvelles.

Et tu entends que dans le cimetière d’on ne sait où, on a trouvé une fosse clandestine et que y’a pas moyen de savoir combien de morts il y a dedans. Que le jour où ils allaient les déterrer, le représentant du gouvernement a mis six heures à se pointer, qu’il s’est juste fait tirer le portrait et puis qu’il s’est tiré. Que d’abord ils ont creusé là où y fallait pas. Qu’on sait pas quand est-ce qu’il aura des analyses d’ADN et ce genre de chose.

Alors, tu te retournes et tu entends ou on te dit ou tu sais que le président du Mexique dit que les mexicains sont de mauvaise humeur à cause des réseaux sociaux.

Tu ne respires plus, t’as l’air d’un mort, mais d’un mort furibond, de ceux qui se remettent sur pied tous les jours, enfilent leurs chaussures puis agrippent leur bâton.

Non vraiment, ils pensent que nous allons continuer à chercher sans rien dire ? Juste en pleurant ? Juste de mauvais poil ?

Bande de salopards, bande de salopards.

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s