Quand c’est un film d’horreur

 

150578_1664347922724_8056167_n

Quand c’est un film  d’horreur

 

J’ai vu de nombreux films d’horreur.

Depuis celui où un groupe de jeunes rebelles, beaux, minces et musclés partent en vacances dans une cabane isolée dans les bois jusqu’à celui où une famille achète une maison maudite, sans le savoir pauvres gens, en passant par ceux où des jouets assassins prennent vie dans un grenier abandonné.

Celui qui m’a  le plus impressionnée c’est le film où un extraterrestre mange plein de gens et laisse derrière lui une mer de bave: la bave m’est insupportable.

Ils ne me font plus si peur que ça, je ressens juste un petit malaise au creux de l’estomac, provoqué bien plus par les mauvais effets spéciaux que par histoire elle-même. Nous savons tous que c’est la blonde sensuelle qui va mourir la première, que celui que personne ne croit  et dont tout le monde rit va finir par vaincre le mal, et qu’il y aura une deuxième, voire une troisième partie. La bave est exploitable à l’infini.

 

À côté, y’a les vraies histoires d’horreur, celles où les enfants meurent, où les jeunes sont malades, très malades, où les amis partent dans d’atroces souffrances. Celles inventées par les hommes, où les gens disparaissent, où les têtes roulent, où les bombes explosent.

Et puis il y a moi, qui ne sait plus dans quelle langue on lui parle, qui demande que l’on répète certaines choses, à l’infini aussi, comme la bave. Qui déclenche rires et moqueries amicales. Que personne ne croit et qui va finir par se lasser, par abandonner, quitte à se faire dévorer.

 

Et enfin il y a, ironie, le film vu hier.

L’histoire d’une femme, comme moi.

Encore jeune comme moi.

Qui perd ses mots, comme moi.

Qui peut lire la même page vingt fois, encore et encore, sans s’en apercevoir, comme moi.

Qui ne reconnaît plus les autres, comme moi.

Qui répète  à l’infini les mêmes questions, comme moi.

Qui se perd dans la rue qu’elle connaissait, comme moi.

Dans sa maison, comme moi.

Et qui a peur.

Comme moi.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s