Le puits

 

IMG_0083

Le puits

Parfois les heures ressemblent à un puits sans fond

Tu t’éveilles dans l’urgence  que la nuit arrive et quand enfin le ciel noircit tu n’attends plus rien d’autre que l’aube

Les heures deviennent infinies douleur de corps de bistouri de comprimés sur la table de nuit douleur de pluie sur la fenêtre d’haleine sur la vitre mouillée douleur de moi je t’aimais et pas toi douleur de ma tête explose et mes yeux explosent douleur d‘esprit qui se racornit et se fane et ne sert plus à rien douleur d’amours muets et sourds douleur de corps torturé de sueur de drogues inutiles douleur de broderies déteintes d’aiguilles oxydées douleurs de labyrinthes poussiéreux que plus personne ne parcourt

Parfois les heures ressemblent à un puits sans fond

Tu t’éveilles sans urgence de commencer la journée et quand enfin la nuit s’installe le sommeil arrive sans hâte sans grâce sans abandon

Parfois les heures ressemblent à un puits sans fond

Tu t’éveilles sans urgences

Tu t’endors sans rêves

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s