Évidemment

estelita

 

Évidemment

 

Il y a quelques années, je parlais avec une inconnue, qui est devenue mon amie depuis, et j’ai posé  une question sur ses enfants, un peu comme pour parler de la pluie et du beau temp. Elle m’avoua ne plus savoir combien d’enfants elle avait, parce que l’un d’eux était mort quelques mois auparavant. Elle ne savait si dire trois ou quatre. J’ai été bouleversée, comme toujours, et ai juste réussi à lui répondre qu’elle était encore sa maman, même s’il n’était plus face à elle pour le lui dire, que si c’était elle qui était morte,  ses enfants ne se baladeraient pas en annonçant aux quatre vents qu’ils avaient zéro mamans… Elle sourit, et plusieurs mois plus tard me dit que je lui avais retiré un poids terrible des épaules, qu’elle osait maintenant se dire maman de quatre enfants, malgré les regards des autres quand ils apprenaient qu’ils n’étaient plus que trois à respirer.

Cette année, à quatre jours de la Fête des Mères, quatre comme les enfants de cette femme, je pense à vous, à celles qui sont encore des mamans, bien que ce soit leur vie même qui leur a été arrachée.

Je pense à celles qui ne savent pas où sont leurs enfants, s’ils sont morts ou vivants, s’ils sont invisibles ou s’ils ont juste perdu la mémoire.

Je pense à un accident si lointain, à ce petit garçon qui est mort il y a trente ans, et dont je n’ai jamais connu la mère.

Je pense à la femme que je viens de connaître, qui ne peut plus que calculer l’âge qu’auraient ses enfants, un petit garçon et une femme.

Je pense à cette jeune femme, entrevue une seule fois, en courant, qui n’a jamais pu porter son enfant vivant.

Je pense à la mère qui avait cru perdre son fils si souvent qu’elle n’a pas sursauté quand les mots définitifs ont enfin résonné chez elle.

Je pense à celle qui n’a jamais réussi à mener à terme ses grossesses. Aucune. Aucune. Aucune.

Je pense à celle qui a perdu tous ses enfants et qui a dû ouvrir  la même niche plusieurs fois pour y déposer des cendres, et des fleurs. La même qui dit que c’est la vie, qu’elle n’a rien demandé et que évidemment elle serait plus heureuse s’ils n’étaient pas tous morts… Et quand elle dit tout ça, elle sourit encore et continue.

Je pense à celle qui a lutté aux côtés de son fils contre la foutue tumeur qui lui a mangé la tête, la vie, l’espoir. Celle qui jusqu’au dernier moment s’est regardée dans ses yeux et n’y a vu que de l’amour.

Je pense à celle qui a enterré son petit le jour de son deuxième anniversaire et qui a quand même réussi à trouver des mots d’encouragement pour sa petite fille, celle qui a survécu.

Je pense à celle qui savait, qui savait qu’il n’y avait pas grand chose à faire mas qui a lutté contre le dragon, pied contre pied, épée contre épée, et qui a fait ses adieux à sa princesse en lui disant merci…

Je pense à vous, toutes, et même si la fête est celle des Mères, je pense aussi aux papas, Évidemment… Évidemment avec majuscule.

Je pense que la vie continue, nous y pensons parfois comme à une fatalité mais c’est en fait une merveille. Elle ne fait pas que continuer, éternel rosaire d’heures et de minutes. Elle continue et change et évolue et vibre, et bat des ailes, papillon coloré, débordant de vigueur.

Et bien Évidemment que la Fête des Mères se célèbre, Évidemment que vous êtes encore les mamans de ces petits garçons, ces petites filles, ces jeunes hommes et ces princesses, ces hommes et ces femmes parfois, Évidemment, avec majuscule encore.

Permettez-moi alors de vous souhaiter, cette année et toutes les autres, une Fête de Mères remplie d’orgueil, d’amour et de sourires, même si c’est dur.

Je vous aime, je vous aime.

 

Pour le 10 mai 2014 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s