Donner la mort

Donner la mort

Je n’avais jamais donné la mort auparavant.

Ce matin, je ne l’ai pas fait non plus.

Mais j’ai demandé à ce que ce soit fait.

J’ai aidé.

Ma fille et  moi nous avons tenu le corps de notre chat pendant qu’il mourait.

Lui avons soufflé des mots tendres aux oreilles.

Eduardo Folange, du nom d’un de mes oncles, Cuatito pour les copains, est mort ce matin.

Sur notre lit, à la maison.

Avec nous.

Je l’ai porté, et mis moi-même dans un sac noir. Comme il faudrait que nous puissions le faire pour tous ceux que nous aimons, le jour où leur cœur cesse de battre.

Et vous pouvez penser ce que vous voulez, qu’on ne se met pas dans un état pareil pour un animal, mais nous on est comme ça.

C’était un beau chat, un grand chat.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Donner la mort

  1. sophie Fernandez dit :

    los entiendo perfecto, los animales se convierten nuestros amigos, confidentes, acompañantes, en un miembro de la familia… si duele perderlos, duele mucho… y mas de esa forma!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s