Je veux

Je veux

 

Je dis souvent que si on devait m’écraser demain, comme ça, dans la rue, gratuitement, pour rien, je ne sais pas si je préférerais mourir en ayant mangé ce qui me fait envie ou toute mince…

Et tout le monde rigole.

Je ne vois pas ce que ça a de drôle. C’est une question qui se pose à moi depuis que j’ai neuf ans, quand je demandais à Dieu tous les soirs de me faire mincir et franchement, j’en ai par-dessus la tête. Que je décide de manger ou pas, c’est aussi difficile dans un sens que dans l’autre.

Tout est tentation, tout est défendu.

Trop gras, trop cher, trop sucré, trop plein de choses pas bonnes pour toi, ni pour lui d’ailleurs, mais lui y s’en fout… Et la fille d’en face aussi tant qu’à faire, est-y chiante avec sa manière de pas s’en faire, de faire marcher son corps en avant sans se poser de questions…

J’ai envie de manger. De passer ma journée à  le faire. De préférence  devant la télé, ou avec un bon bouquin, qu’on ne m’emmerde pas à me regarder manger ou à me faire la conversation. Qu’on  me demande pas si je suis sûre que je vais manger tout ça, d’un air apitoyé, ou  ironique. Qu’on arrête de regarder ce qu’il y a dans mon assiette, y’a bien assez avec mes yeux à moi… Mes yeux de ventre jamais satisfait.

Oui, je sais… Y’a des gens qui meurent de faim ailleurs. Oui, je sais, plein de trop gros aussi… À croire que la nourriture n’est pas que mon problème à moi, qu’on a tous perdu la tête…

C’est une histoire de guerre ? D’enfants qui ont eu faim et qui ont peur de manquer… ? Et qui passent cette peur à leurs enfants, leurs petits-enfants, et ainsi de suite… ?

Une histoire de vide en soi, qu’on ne sait comment combler… ?

De solitude inavouable qu’un bout de pain réussi à guérir l’espace d’un instant…

Et oui, ma remarque plus haut sur ceux qui meurent de faim, c’est juste pour faire bien, finalement je m’en fous, sinon j’y penserai aussi quand je ne vois pas les photos de ces enfants faméliques. Allez, j’avoue… Je m’en fous, je ne pense qu’à mon assiette, vide ou pleine.

Puis, tant qu’j’y suis, j’avoue aussi cette joie mauvaise qui me prend quand ce sont les autres qui grossissent…

Je veux du chocolat, non mieux, du Nutella…, plein, à la cuillère, seule, moi et ma télé, et ne venez pas m’emmerder…

Je veux … Je veux un jambon beurre, puis un gâteau à la chantilly et des meringues, sans fraises, les fraises m’emmerdent aussi.

Je veux…  Je veux une galette au sarrasin, pleine de beurre, gruyère et du poivre… Et puis des étrilles, avec de la mayo faite maison… Puis du cake aux fruits confits, avec du thé noir.

Je veux… du pain d’épices… ou du riz, avec  plein avec des légumes dedans genre chinois, comme ça, juste pour dire que je mange « sain »… Ou une paella, avec des crevettes… ou encore, mmh… Qu’est-ce que je veux, nom de nom ???

 Ou alors, oui, je veux… rien.

Parce que tout ça ne me remplit pas, à l’évidence…

Je veux comprendre ce qui m’arrive depuis toujours, comprendre pourquoi ce vide.

Je veux être autre que moi, ou alors si, comme moi, mais comme ceux qui se goinfrent sans grossir.

Je veux me goinfrer, voilà le mot est dit… Sans qu’on me traite de petit cochon, sans que les regards me suivent, sans que l’envie de vomir n’arrive.

Car c’est encore et toujours me vomir moi.

On me parle d’obsession… J’suis pas la seule !, ai-je envie de crier. J’suis pas la seule…

Nous sommes des milliers complètement malades dans notre tête, à ne penser qu’à manger.

Certains osent le dire, et on nous regarde comme si nous étions des monstres…

Quoi ? L’alcoolique, on le plaint, le drogué, on se dit bien qu’il est malade, en manque, l’anorexique, on le soigne.

La mangeuse de trop, on la méprise, on parle de manque de volonté.

Mais si c’était facile, on aurait pas tous, tous ces problèmes… On arriverait à se nourrir d’amour et d’eau fraîche…

On est malade tous, complètement malades.

Et y’a personne qui s’en occupe…

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Je veux

  1. olwister dit :

    Remplir un manque, c’est ça que je retiens. À quoi je m’identifie beaucoup. Moi qui ne suis pas moi. Cette bouffe qui pourrait être moi….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s