On fait quoi?

527791_10150810886981850_402582843_n[1]

 

On fait quoi?

 

Elle… Elle est comme toi et comme moi.

Elle bosse, elle est prof  dans un  Lycée,  chimie et biologie.

Ça fait un bout de temps, je ne sais pas si des mois ou des années, parce que quand on souffre depuis longtemps, c’est la même chose, ça fait un bout de temps donc, qu’elle souffre. La fibromialgie s’est juchée sur ses épaules et ne l’a plus lâchée.

Imaginez faire la classe quand on ne peut pas penser, ni marcher, encore moins tenir un bouquin…

Bien sûr, nous sommes au Mexique, ici la fibromialgie est connue, reconnue aussi. À l’assurance sociale, les médecins lui ont filé un traitement, et quand ils ont vu que ça ne marchait pas, une histoire d’allergie, bien sûr, quand on n’a pas de chance, tout s’accumule, ils lui ont accordé un congé-maladie, deux mois, puis encore deux mois… Entre chaque congé, elle se présente au boulot, elle n’est pas paresseuse, elle est malade.

Avec le système qu’on se paye, quand tu es prof, tu n’as pas toujours un poste prés de chez toi… Mais parfois, ils exagèrent : elle vient de loin, d’un autre état, pour enseigner dans la capitale au Cetis # 54. Trois fois par semaine, elle affronte la circulation, la distance, comme tout le monde, oui, mais elle a en plus la douleur des déplacements et la panique, oui, parce que quand tu te payes une fibromialgie, les gens, les voitures, et les pressions te provoquent une panique irrépressible. Et non, c’est pas des craques… C’est du vrai, du tangible, du…terrible.

Et voilà maintenant, ce qui rend cette situation unique, aberrante,… inqualifiable.

Cette école, comme toutes les autres, a un directeur… Un homme qui a beau porter le nom d’un Ange, comme Miguel, ne sait plus ce que c’est que d’écouter, de rechercher, d’enquêter. Il pense qu’elle ment, qu’elle invente, que ce qu’elle aime, c’est être pelotonnée sur son lit en proie à la douleur… Il a l’air de croire, cet homme, que le monde entier raisonne comme lui… Ce monsieur Nuñez Perez, Miguel Ángel de son prénom, ne la croit pas, absolument pas. Pauvre homme, avoir étudié pour être médecin, être directeur d’école, et n’être pas capable d’apprendre…

Il pense, et dit à voix haute que le congé-maladie qu’elle a obtenu relève d’une filouterie, qu’elle a dû payer une somme quelconque pour l’arracher. Bref, il affirme même que cette femme, celle qui peut à peine respirer quand elle est en crise,  a dû coucher avec quelqu’un pour l’obtenir. Il ne sait pas, cet homme, la douleur qui accompagne parfois les jambes quand on les écarte, et qui brûle les seins que l’on offre pour l’amour… Alors, pour obtenir un congé…

Bien sûr, il faut faire remarquer que pour cet illustre directeur d’école, la fibromialgie n’existe pas. Alors évidemment coucher avec quelqu’un ne fait pas mal non plus… Ni dans le corps ni pour l’honneur…

Et comble des combles, même à l’ISSTE, celui de División del Norte, dans le DF, on ne la croit pas, une coordinatrice quelconque, qui est peut-être parente du directeur, ou je ne sais pas moi, qui fréquente les mêmes lieux que lui, affirme elle aussi que la fibromialgie n’existe pas, qu’il doit y avoir une autre cause à la douleur que ressent cette femme, et elle ordonne de lui filer un cocktail astucieux de médicaments, se disant sans doute que, s’ils n’apaisent pas la douleur, ils l’abrutiront assez pour qu’elle cesse  de se plaindre.

Et moi je dis : On fait quoi dans ces cas-là ? Quand le monde devient un mur ? Quand ceux qui devraient t’appuyer se foutent de toi, et t’appellent putain, ou encore…la folle ?

On fait quoi ? On gueule, et fort. On dit non. On en vient aux mains même si ça fait mal, même si la panique déborde.

Quelqu’un, quelqu’un doit entendre… Quelqu’un qui saura, quelqu’un qui pense.

C’est pas du jeu, comme au ballon prisonnier, on n’a  pas le droit d’être oublié derrière, c’est pas du jeu quand personne ne veut nous sauver, et quand les autorités consacrent leurs efforts à nous anéantir.

Alors… Je pose la question, à voix haute : On va faire quoi ?

 

 

Notes

Cetis : centre d’études technologiques industriel et de services  (un peu comme un bac technique)

ISSTE : c’est l’assurance sociale pour les employés de l’état

División del Norte : le nom d’une avenue importante dans la capitale

DF : District Fédéral, la capitale du Mexique

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s