Festival de bandes

Festival de bandes

Purée, purée, c’est bon!

C’est ce que j’ai retenu du concert d’hier : « Purée, purée, c’est bon ! »

Ah ! Et la bande des vieux -vrai, z’avaient facile 35 ans- qui ont gueulé contre le putain de gouvernement et ont rendu le pouvoir au peuple, ouais !

Nos sommes allés hier au « lunario » de l’auditorium national, toute la famille, les cinq ensemble, pour voir, entendre, parfois même écouter les bandes qui s’affrontaient dans une féroce compétition : le festival des bandes !

C’qu’on faisait là ? Celui qui n’écoute pas cette « musique-là », celui qui préfère faire la sieste le dimanche après-midi, celui qui jouait les supporters, celle qui voulait juste voir et celle qui sautait partout ? Ceux qui sont partis dans une seule voiture, sous la pluie, les longs-de-jambes devant et les trois sardines derrière ?

Bé, on est allé voir, écouter, crier et applaudir. La bande Marlish a joué, celle de mon neveu Polo.

Et je répète… J’ai bien retenu le « Purée, purée, c’est bon ! » que hurlait un gamin imberbe et  maigrichon en sweet bleu électrique, qui jouait une musique genre punk je crois, et qui nous a bien avertis des dangers de courir derrière l’argent… J’ai pas très bien compris qui avait les sous, alors j’ai couru après personne.

L’ambiance ? Typique, je suppose : de la musique, de la fumée, des cris, des lumières, des capotes qui flottaient ( oui, vraiment : les capotes distribuées à l’entrée – j’en ai pas eu, sais pas pourquoi- ma fille non plus, du reste- ont vite fait de se faire gonfler par de petits rigolos et étaient balancées d’un coin à l’autre, juste pour mettre un peu plus de sel à la sauce), des serveurs servant, des gars en sueur, des filles hurlantes. Bon… Typique, vu depuis mon ample expérience de réunions chez des amis à chanter Silvio Rodriguez, ou encore de LA fois où je suis allée en boîte, soirée que j’ai d’ailleurs fini endormie dans la camionnette à attendre mes copains parce… Le bruit qu’y avait là-d’dans !

Je n’étais jamais allée au « lunario » et quelle ne fut pas surprise en apprenant qu’il n’y a pas de sièges ! Merde ! 160 balles par tête pour ne pas avoir où se poser ??! Par contre, un super bar vachement élégant où nous avons partagé une bière( because les crevettes on pouvait plus se les payer…).

La jeune fille de l’entrée nous a suggéré de nous asseoir sur les marches. C’était pas si mal après tout : juste deux heures à m’asseoir, à me relever, à ne rien voir, à aller aux toilettes, quel bruit, à me rasseoir, me lever encore, eh ! C’est le groupe de Polo ? C’est fini ? Déjà ? Y’a combien de groupes en tout? Hein ?? M…alors !!

Purée, purée, c’est bon !

Et le batteur sans t-shirt,  ben c’était juste un de ces gamins glabres, tout maigre, aucun sex appeal, même qu’on ne voyait rien de là où j’étais… Bref, même pas de quoi se rincer l’œil !

Et tout cet exercice n’a même pas servi à mon corps. Je me disais, ben oui quoi, à force de trembler comme ça, avec tout ce rythme, ces coups sur le sol, mes fesses vont bien perdre un peu de leur gélatinité… Eh ben rien du tout : ce matin, elles étaient comme d’habitude, gélatine, gélatine.

Par contre… Par contre…

Marlish, la fameuse bande. C’est la troisième fois que je les entends jouer. Et cette fois, je les ai entendus chanter. Ils sont bons. Oui, ce sont des gamins, oui, la voix, oui, le corps. Mais ils sont bons. De tous ceux qui ont joué hier, ce sont les seuls à avoir une mélodie en plus du rythme et de la batterie. Les seuls.

Les autres groupes avaient beaucoup de rythme et d’énergie, mais une mélodie ? Nan, pas de mélodie.

Et… Voir Polo là-haut, avec sa basse électrique, jouir, sauter, jouer… Chanter aussi, annoncer sa bande avec tellement de fierté, nous dire bonjour de loin avec son sourire si beau, si éblouissant, si magnifique… Purée, purée, c’était bon !

Polo, que je suis supposée avoir vu grandir, mais qui tout à coup a surgi, là-bas, devant son public, si grand, costaud même, si sûr de lui, tellement… homme. Mince…  J’en ai eu la poitrine remplie d’orgueil, de « je le connais », je connais aussi ses copains, j’ai même engueulé celui qui chante un jour, j’ai eu les yeux pleins de larmes, la tête de fumée, et le ventre de musique…

Polo ! Polo ! Polo !

Les autres bandes,  je ne sais pas si elles ont bien joué ou pas : avec tout ce bruit, j’ai perdu la dimension des sons.

Mais ma préférée, c’est Marlish.

Purée, purée, c’est bon!

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s