Mon Djinn

Publicado el 16 septiembre, 2007

Mon Djinn

 Oui, je sais, c’est pas comme ça qu’on écrit…mais mon pantalon en toile bleue comme ceux des cow boys, c’était mon Djinn.

Il s’est déchiré il y a deux-trois jours, sur la fesse, même pas à la couture… pas vieux, mais usé.

Je sais, ça fait bizarre d’écrire sur un Djinn mais pour moi c’est important. Je n’arrive pas à le jeter. Quand je le mettais, je me sentais mince, belle et désirable. Mettre un Djinn, c’est être enfin « comme les autres », rentrer dans ce fameux uniforme, moi qui les déteste, c’est se sentir partie de ce monde des Beaux.

Quand j’étais ado, jamais de Djinn pour moi…trop grosse. Ça n’existe pas les Djinn pour les gros. Il y a les grandes tailles oui, mais les Djinn ont une toile différente, une toile pour gros quoi ! D’ailleurs les grandes tailles, pour ceux qui ne  les ont pas fréquentées, c’est des vêtements-sacs, à grandes fleurs pour les dames et gros carreaux pour les hommes. Comme si le fait d’avoir des kilos en trop impliquait forcement qu’on ne peut s’habiller qu’avec des imprimés en trop.

Et puis quand j’ai enfin maigri, ET eu  des sous pour m’acheter un Djinn, ET le temps de faire les magasins, y’a cette con de mode qui fait que les Djinns sont au ras du cul et des poils et qu’on ne peut pas en mettre si on a le ventre déformé par les grossesses, les opérations et la peau relâchée par les kilos et les régimes (soit dit en passant, j’ai dû perdre plus de 150 kilos dans ma vie à force de maigrir puis de regrossir… !)

 Alors, mon Djinn, il était magique : de fausses poches devant qui donc aplatissaient mon ventrinou sans m’étouffer, un tissu stretch (super ce truc !), une hauteur normale avec une fermeture éclair de taille normale aussi (cette mode des « rase-moustaches c’est sûrement pour économiser des fermetures clair !), son vrai tissu de cow  boy…et sa manière de montrer mes fesses…j’étais bien dedans et …il le savait !

 « Va en acheter un autre… ! »

 Ben voyons… ! D’abord j’ai pas envie : les magasins impayables, très peu pour moi, ou les magasins où on est accueilli par des filles-squelette, qui te regardent avec des yeux ronds quand tu demandes ta taille… « C’est quoi cette taille ? Ici on a du zéro, double ou triple »…ou encore le supermarché, que j’aime bien finalement parce que je peux avoir honte toute seule sans qu’une vendeuse me dise… «  Ça ne va pas ? Mais c’est le plus grand ! »..

 Et encore j’ai maigri…je suis en pleine forme, pas en pleines formes…Merde alors… !

Je ne vais pas retourner dans les grandes tailles, ou le rayon hommes… ou encore le rayon maternité…

Zut… !

 En attendant j’ai mon Djinn sur les genoux pendant que j’écris…il n’ira pas à la poubelle.

Il ira avec moi, dans mon lit, dans mes bras…pour pleurer un bon coup.

 Pleurer sur les grandes tailles que, dans ma tête, je n’arrive pas à quitter. 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mon Djinn

  1. Gwenn-Aelle dit :

    Isabelle dice:
    18 septiembre, 2007 en 6:38
    bonjour Gwenn-aelle
    heureuse de te lire

    Djinn pour jean, ça te va bien !
    après tout le Djinn c’est un Elfe, un lutin, un farfadet, un génie, ou un … follet
    quand on a des racines bretonnes et que l’on s’appelle Folange, ça va de soi !

    Avant d’avoir 3 enfants, j’avais UN jean fétiche, un vrai Djinn, oui
    bien sûr, je ne suis jamais plus rentrée dedans, mon corps avait trop changé et pour dire vrai il m’était déjà un peu juste avant
    mais j’ai mis plus de 15 ans avant de me décider à le jeter
    ça c’est fait un jour ou je rangeais l’armoire, mes filles étaient là et en le voyant elle se sont exclamé « trop ringard la coupe ! »
    C’est le rôle des enfants de nous rappeler que le temps passe, même si c’est dur !!!

    Ton djinn est irremplaçable, c’est sûr.
    Mais prend ton temps, garde l’œil aux aguets : un jour ou l’autre tu en trouveras un nouveau qui sera là, quelque part à l’attendre dans le rayon, rien que pour toi. Les grandes rencontres ne se font pas sur rendez-vous.
    Et d’ici là pourquoi pas bricoler celui là, une reprise n’est pas forcément moche : une fleur sur la fesse, ça suivrait avec la fleur sur ton bras ?

    amitiés
    Laziza

  2. Gwenn-Aelle dit :

    gwennaelle dice:
    18 septiembre, 2007 en 9:45
    …..
    merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s