Le feu

Le feu

Sur une des tables de mon atelier, il y a un désordre agréable, qui me plait… Des pinceaux, un bout de bois, des couleurs, du fil, des aiguilles, des coquillages… De tout quoi…

Il y a même un petit tas de tissu, beaucoup de carreaux, du velours… Des petits bouts et des grands bouts ; des boutons, des fermetures éclair, des poches et un morceau de cravate : les vêtements de papa, ou plutôt, ce qu’il en reste… Des petits bouts de vie, que j’ai découpés, assemblés, décorés de coquillages et de symboles…

Sur ma table alors, il y a des restes… Des petits bouts de rien…

Et je sais, quand je les regarde, que je les touche, que je les sens, que leur place n’est plus ici.

Mardi, jour des morts, je vais les descendre, les rassembler une dernière fois…et y mettre le feu.

Les regarder vivre encore dans la chaleur et les odeurs, les pousser peut-être un peu du pied pour mieux les voir s’enflammer.

Et la fumée, noire, grise, puis violette, montera, montera, montera…

Et il sera enfin, parti.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s